Je veux entrer dans le ministère... Je veux faire l'oeuvre de Dieu... Oui mais sois prudent !


Le 20 décembre 2017 à 18:29
Signaler cet article

Tu as vu un prédicateur sous le feu des projecteurs et depuis tu ne rêves que de cela. Tu as vu un responsable acclamé quand il entrait dans son église et tu t'es assimilé à lui. Tu as vu un Prophète prié pour un président et tu as aimé. Derrière cet apparent prestige, sais-tu comment ils vivent chez eux? Sais-tu s'ils arrivent seulement à payer correctement le loyer de leurs propres maisons? Oui il y a certains responsables d'églises qui sont millionnaires mais c'est une infime minorité. Pour la plupart, c'est de l'apparence car ils sont pauvres.

Au départ la volonté a été suscitée par un semblant de gloire qu'ils auraient vu, mais ils ont été vite rattrapés par les réalités. Le ministère est dur et n'est pas fait pour les paresseux ou les incrédules. La plupart se sont transformés en mendiants, flatteurs ou escrocs. Il faut payer le local et les autres factures te diront-ils?

Ne force pas la main à Dieu sinon un ange te dira ce que tu voudras entendre. Dieu ne t'a ni appelé ni préparé au ministère mais tu veux l'y contraindre. Exerce ton oeuvre à ton niveau et selon ton appel, tu n'as pas besoin d'être devant. Si tu es vraiment appelé, tu réaliseras toi-même un moment que tu n'as que cette solution car le Seigneur ne manque pas d'arguments pour amener l'homme à accepter son appel.

Certes il y a de nombreuses personnes qui ayant tout raté dans leur vie, intègrent le ministère car cela semble un moyen facile pour gagner de l'argent. Mais il y en a aussi qui sont animés d'une bonne volonté et d'un désir secret de gloire. Malheureusement pour ces derniers, avec le temps, ils ont une impression d'avoir tout perdu dans le ministère. Ils espéraient sauver beaucoup d'a^mes, ils n'arrivent pas à remplir leur petits locaux. Ils espéraient la notoriété, ils ont obtenu la honte. Au lieu de la stabilité, tout est décousu dans leurs vies; pas de travail, pas de conjoint... vivotant comme des âmes errantes.

Soyons prudents et ne forçons pas la main à Dieu. Que chacun pèse bien les risques qu'il prend et qu'il n'oublie pas que dans ses conclusions, ce ne sera que la partie immergée de l'iceberg.

Frère Pierre
la Postérité de Daniel
Contenu proposé par : Pierre Ndjom Pierre Ndjom

Laissez un commentaire