L’esprit qui génère la pensée « Je serai le prochain Pasteur »


Le 3 décembre 2017 à 0:55, par Pierre Ndjom

Signaler cet article

Beaucoup diront qu’ils ne sont point concernés car ils n’ont point cette ambition. En vérité, la plupart y sont plongés pieds et mains liés sans le savoir ; des petits enfants jusqu’aux anciens. Ou peut-être font-ils semblant de l’ignorer.

Les projets d’ensemble ? C’est une grande utopie ! Pourquoi ? Parce que le chef doit d’abord être désigné. Chacun y ira de son argumentation : « Je suis le plus ancien », « Quand moi je prêche, tout le monde applaudi », « J’ai eu sept révélations et vous, vous n’en avez eu que deux », « Mon père est le premier dans l’Eglise à avoir crié Eli-Saint », des généalogies qui ne finissent jamais et qui deviennent même des grades. La cour de récréation … mais cette fois-ci, les enfants ont des dents qui rayent le parquet.

On leur a prêché « vous serez la tête et jamais la queue ». La plupart l’ont pris au premier degré. Le problème est que nous sommes nombreux et il ne peut y avoir deux têtes. Il y aura toujours une voiture plus belle que les autres. La jalousie … La « sainte jalousie » diraient certains car chacun affirmera « c’est moi que Dieu a choisi pour avoir la plus belle voiture ». On reçoit des « révélations de Dieu » disant qu’il faut boycotter les activités des autres car c’est nous qui devons toujours être devant.

Pendant que le monde élève une nouvelle abomination chaque jour, nous sommes encore en train de nous demander qui est le plus grand prédicateur, qui est le plus missionné, qui est le plus oint. Quand nous aurons terminé de nous glorifier devant les 100 brebis qui sont devant nous, peut-être verrons-nous les millions hors de la bergerie qui cherchent un berger (un jour je reviendrai sur les chiffres annoncés par plusieurs sur le nombre de chrétiens célestes dans le monde…) ?

Au départ, on pouvait trouver noble que quelqu’un dise : « moi, je ne suis attaché qu’à la bible et au testament du PPF. Je ne suis ni de Paul ni d’Apollos ». En vérité, beaucoup l’utilisent pour légitimer leur désobéissance et leurs convoitises. Le païen quand il veut pécher, il pèche et le crie sur les toits. Pourquoi ceux-là dans nos assemblées, quand ils veulent pécher, ils veulent que nous le prenions comme un acte de piété ?

Quelqu’un disait que la gloire des petits c’est d’être des borgnes au pays des aveugles. De cela, je dirai, la gloire de Daniel est d’avoir été élevé par Dieu au-dessus des magiciens et des mages. Ce sont eux qui, ainsi que des reines païennes, ont attesté qu’il avait un esprit supérieur.

Si quelqu’un pense avoir beaucoup reçu de Dieu, de grâce, qu’il arrête de disputer les petits honneurs dans la congrégation. Qu’il parte nous convertir l’Asie, l’Occident et l’Amérique Latine. Qu’il soit appelé dans les grands forums internationaux car les païens eux-mêmes attesteront d’un esprit supérieur. Qu’il soiet appelé par les grands de ce monde pour qu’il leur prodigue la sagesse divine. Qu’il nous remplisse des salles où on aura peine à voir du marron. Là, même s’il est arrivé hier, on attestera que c’est une nouvelle dimension de gloire.

Frère Pierre
La Postérité de Daniel

Laissez un commentaire